• CHAIRS :

    ETRE ASSIS, ETRE BIEN

1
/
3
/

Fais du bien à ton corps pour que ton âme
ait envie d’y rester

Fais du bien à ton corps pour que ton âme
ait envie d’y rester

Proverbe indien

  • Introduction
  • LES LIMITES DE LA CHAISE
  • QUE FAIRE
  • SOLUTION

Adapter le programme Bones for life® dans la position assise est, pour moi, capital. En effet, actuellement, nous passons une grande partie de notre vie dans cette position, que ce soit à l’école, au travail, dans nos moments de détente, à l’heure des repas, au volant de la voiture, etc.

Pourtant, du point de vue fonctionnel, la chaise n’est pas l’instrument idéal pour notre corps. La chaise nous fige dans une certaine position, souvent pendant de longs moments, alors que l’être humain est fait pour bouger.

Lorsque nous sommes assis, tout notre métabolisme se met au ralenti. Une position assise prolongée peut provoquer divers disfonctionnements.

Le docteur Frédérique Rosenfeld, médecin du travail et auteur du « Guide pratique du travail sur écran » a écrit : « Rester assis trop longtemps est (très) mauvais pour la santé, cela pourrait même favoriser le cancer du colon !, et il explique :

  Rester assis trop longtemps entraîne des contractions musculaires statiques qui s’opposent aux contractions dynamiques qui surviennent lors du mouvement, lorsque nous faisons du sport, par exemple.

  Or, dans le premier cas, le maintien de la posture nécessite la persistance de la contraction : les fibres musculaires restent contractées, nous avons moins d’apport sanguin, donc moins d’oxygène que de besoin et une mauvaise évacuation des déchets. En conséquence, le muscle n’est pas suffisamment nourri, d’où des crampes, des contractures et, à la longue, des lésions des tendons.

  Tous les muscles sont contractés pour le maintien de la posture assise. Par exemple, les muscles profonds et superficiels du dos, particulière- ment le trapèze qui couvre une partie du dos jusqu’à la nuque et joue un rôle dans le mouvement des épaules, ainsi que dans le port et l’inclinai- son de la tête.

On observe également une pression sur les disques, au niveau de la colonne vertébrale lombaire, nettement supérieure à celle que l’on a en position verticale. À défaut d’être plus souvent debout, il faut donc avoir une bonne position assise. »

LA CHAISE A SES LIMITES  POURQUOI ?

Lorsque le dos est en bonne santé, il nous permet de garder une posture verticale pendant un long moment. Nous sommes en équilibre, le tronc trouve son aplomb.

La condition pour pouvoir garder cette posture est d’avoir un rapport juste avec la pesanteur : la tête, le torse et le bassin doivent être bien alignés. Pour être assis sans effort, le corps doit se trouver en équilibre dans l’axe. La pesanteur tombe dès lors verticalement, comme un fil à plomb invisible ; la personne se sent libre, légère et à l’aise.

Dans le cas contraire, nous sommes obligés de nous cramponner en créant des tensions compensatrices dans le ventre, le dos, le cou, les épaules.

ALORS, QUE FAIRE ? COMMENT RENDRE LA CHAISE PLUS HOSPITALIÈRE ?

Que peut-on faire pour que la chaise ne devienne pas LE cauchemar de notre vie ?

Pourquoi ne pas apprendre à nous adapter à la chaise ? Et en tirer profit pour :

  • affiner la perception de notre position : prendre conscience que notre tronc fait partie d’un tout, du plancher pelvien au sommet de la tête. Il s’agira donc d’apprendre à mettre la colonne vertébrale d’aplomb,
  • en changeant nos habitudes musculaires, c’est-à-dire :
    • défaire des tensions acquises, pour trouver une position assise fonctionnelle et un bon support,
    • réveiller les réflexes posturaux de façon que la tête soit portée au sommet du cou comme un périscope ;
  • en nous éloignant du dossier de façon que la pesanteur permette aux réflexes posturaux d’agir et de se renforcer. Le changement se fera alors à partir « du dedans » du corps ;
  • en travaillant avec ATTENTION, PRÉSENCE, CONSCIENCE, trois mots clés pour apprendre à se connaître et à s’adapter à la chaise, au lieu de demander à la pauvre chaise de s’adapter à nous.

La solution : rester dynamique en étant assis

Le programme a été conçu pour enlever à la chaise son aspect d’ancrage.

Il reprend, tout en les adaptant, les différents thèmes développés dans le programme Bones for life® tels que :

  • une colonne vertébrale souple, unie, solide et bien alignée ;
  • la coopération de toutes les parties ;
  • la transmission de la pression selon un effet domino ;
  • l’apprentissage de la gestion de la gravité ;
  • la recherche d’une « posture » qui permet de porter le poids du corps en toute sécurité.